Categories
Miss Travel dating

Un Tinder du sport aurait-il de l’avenir?

Un Tinder du sport aurait-il de l’avenir?

Antoine Grynbaum — 15 mars 2021 a 10h03

La specialisation d’une appli de rencontre peut presenter des avantages, mais elle reduit mecaniquement le nombre d’inscrits.

Temps de lecture: 4 min

Avec le confinement, certaines personnes en proie a l’isolement se sont davantage tournees vers les sites de rencontres qu’a l’accoutumee. D’autres ont jete leur devolu sur les activites physiques. Pourquoi pas, des lors, croiser les deux pratiques? A quoi ressemblerait un dating du sport?

A priori ce type de pratiques semble viser une population de niche qui cadre peu avec la promesse avancee par les applis de rencontres telles que nous les connaissons jusqu’ici: un outil dedie a la multiplication des matchs le plus rapidement possible. Etablir un profil revient souvent a ne choisir qu’entre trois ou quatre criteres: le sexe, le genre, l’age et la geolocalisation.

Du gagnant-gagnant

Aglae Plunian est attachee de presse de Once, une appli de slow-dating qui ne propose qu’un seul pretendant par jour. Elle estime que la combinaison entre sport et seduction peut etre un succes: «Le sport peut creer un point de rencontre, meme si cela se fait de facon un peu biaisee. L’activite physique peut-etre un sujet de discussion voire une passion commune, comme lorsqu’on se retrouve a un cours de cuisine pour celibataires. Avec le teletravail et le chomage partiel, c’est presque le seul loisir que l’on peut exercer en exterieur. Faire du sport et rencontrer quelqu’un, c’est un peu du gagnant–gagnant. En ce moment, pour se sentir bien on a besoin de sociabiliser, a travers un ecran ou en faisant du sport.»